Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Gestion des Ressources Humaines
  • Le blog de Gestion des Ressources Humaines
  • : Eu egard à l'importance que revêt la gestion des ressources humaines et au bienfait du partage de l'information je me porte volonatire pour contribuer a vulgariser les modes de gestion des ressources humaines et la paie et toute notre attention sera focalisée sur le calcul de la paie , cotisations et comptabilsations des charges du personnel ainsi sur les outils decisionnels les plus en vogue
  • Contact

Recherche

Archives

9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 13:03
Les cotisations salariales à la Caisse Interprofessionnelle Marocaine de retraite C.I.M.R. L’affiliation de l’entreprise à la C.I.M.R. est facultative. Le régime de retraite de la C.I.M.R. est alimenté par des cotisations supportées à la fois par les salariés et par l’employeur.
Le taux de cotisation pour le salarié et l’employeur peut varier de 3 % à 6 % du traitement de base. Le taux est choisi par l’employeur et est uniformément appliqué à tous les salariés d’une même catégorie (cadres, employés, ouvriers).
Le plafond de cotisation
Le salaire annuel sur lequel est appliqué le taux de cotisation est limité à un plafond qui augmente annuellement par décision du Conseil d’Administration de la CIMR. Ce plafond est suffisamment élevé pour permettre aux affiliés de cotiser sur l’ensemble de leur salaire.
En 2006, le salaire annuel plafond est de 1 025 240 Dh pour la Retraite Normale et de 1 537 860 Dh pour ce qui est de la Retraite Complémentaire. La fiscalité des cotisations àla CIMR Toutes les cotisations faites au titre des produits de retraite CIMR ainsi que les prélèvements pour rachat, sont déduites de l’IGR payé par le salarié.
Si le montant du rachat est supérieur au revenu imposable, la déduction est imputable sur les revenus suivants, jusqu’à apurement. Seule condition : les cotisations correspondantes doivent être retenues et versées par l’employeur. Le plafond de cotisation Le salaire annuel sur lequel est appliqué le taux de cotisation est limité à un plafond qui augmente annuellement par décision du Conseil d’Administration de la CIMR. Ce plafond est suffisamment élevé pour permettre aux affiliés de cotiser sur l’ensemble de leur salaire.
Si le montant du rachat est supérieur au revenu imposable, la déduction est imputable sur les revenus suivants, jusqu’à apurement. Seule condition : les cotisations correspondantes doivent être retenues et versées par l’employeur.
Une part salariale qui est prélevée à la source, directement sur votre salaire brut, par votre employeur qui se charge de la reverser à la CIMR. • Une part patronale, à la charge de votre employeur.

La part patronale, égale à la part salariale, est majorée de 26% en 2006 et de 30% à partir de 2007. Cette majoration est une surprime non génératrice de droits.
Comment sont calculées les cotisations à la CIMR ?
Le taux de cotisation Le montant des cotisations est fonction du taux de cotisation. Au moment de son adhésion à la CIMR, l’entreprise opte pour un taux de cotisation qui s’appliquera pour les deux parts, patronale et salariale. Ce taux dépend du produit choisi : Retraite Normale, Retraite Complémentaire ou Retraite à 55 ans. Les produits “Retraite Normale” et “Retraite Complémentaire” offrent une variété de taux pour permettre à l’entreprise et ses salariés d’adopter le taux qui leur convient le mieux.

Les taux de cotisation à la Retraite Normale sont : 3% - 3,75% - 4,50% - 5,25% - 6%.
Les taux de cotisation à la Retraite Complémentaire sont : 1 % - 1,5% - 2%.

Pour rappel, la Retraite Complémentaire est un produit additionnel. Pour pouvoir en bénéficier, il faut préalablement être affilié à la Retraite Normale au taux de 6%.

L’assiette de cotisation Le taux de cotisation est appliqué à l’ensemble des éléments bruts de la rémunération, avant leur imposition à l’Impôt sur le Revenu, à savoir : le salaire fixe, les heures supplémentaires, gratifications, etc.

Partager cet article

Published by simonsim - dans gestion de la paie
commenter cet article

commentaires